Saint-Victoret, 3 février 2016.

Cette année encore, et pour sa huitième année, le concert donné en l’église Saint-pierre-ès-Liens en faveur du couvent de La Filosette montera en gamme. Pas moins de 9 instrumentistes et une bonne trentaine de choristes ont préparé un récital aux tonalités variées. L’Ave maria de Cassini, chanté en solo par Catherine Soeiro en sera le prélude. Le Sancti Victoris Chorus se rassemblera ensuite pour une collection de chants diversifiés allant de Haendel aux Québécoiseries de Vigneault. Place ensuite aux instruments des duos de guitare classique, Philippe Perruchetti et Thomas Perez, puis Richard Perez et François Tomasi. Des œuvres d’Astor Piazzola ou de Matos Rodriguez sont au programme, ainsi qu’une pièce traditionnelle corse. Béatrice Tomasi et Sophie Rault associeront leurs flûtes à la guitare de François pour un trio. Cette année, deux pianos seront installés devant l’autel pour permettre à Colette Casoni et à Michèle Bontet d’exécuter des œuvres de Bach, Khachaturian ou de T. Jones. Pour l’ambiance, Colette soufflera dans son saxophone les notes enjouées de Hello Dolly, entre autres, et pour le romantisme universel, Catherine Soeiro chantera Andrea Bocceli. On le voit, le menu a été préparé dans ses moindres détails pour séduire le plus grand nombre. De quoi passer un excellent dimanche, encore une fois. Ce magnifique concert sera également l’occasion de faire une action méritoire. La recette sera en effet intégralement reversée à l’association du couvent de La Filosette qui a pour but de participer à la sauvegarde des bâtiments, présidée par Hervé Alvarez, et par suite d’aider au confort des sœurs qui y vivent.

Invisible de la rue, il faut s’en approcher pour découvrir le charme provençal de ce couvent. Construite pour partie au 18 siècle, la noble bâtisse domine des jardins plantés d’oliviers et prend la fraicheur des grands pins qui la bordent. Ses murs ocre clair sont percés de hautes fenêtres encadrées de volets couleur « bleu du ciel ». Avant-goût du paradis, la demeure est occupée par 4 religieuses de la congrégation des Sœurs Missionnaires de la Société de Marie. Depuis plus de 150 ans, les discrètes et dévouées « maristes » ont essaimé en France, en Italie, en Angleterre, aux USA, en Afrique et surtout dans les îles du Pacifique, destination historique de leurs premières activités missionnaires. Le couvent est l’une de leurs bases arrières, et a servi de lieu de formation avant le départ en expédition. Sœur Polycarpe et ses consœurs vous accueilleront à l’église en bienfaiteurs, et c’est le cœur léger que vous apprécierez le concert qui sera suivi d’un goûter crêpes.

Dimanche 7 février, 15h. Eglise Saint-Pierre-ès-Liens. Billetterie sur place. 7 €, gratuit pour les moins de 12 ans.