” Un musée, c’est fait pour vivre, partager, découvrir, se passionner, apprendre ou rêver. À nous tous maintenant de conjuguer cela au futur. Longue vie au musée ». Ces paroles enthousiastes sont de Yves Barillé, directeur de la communication d’Airbus Helicopters.

Elles ont été prononcées lors de la signature d’une convention de dépôt d’un Super Frelon entre le fabricant et le musée, en présence de Claude Piccirillo et de Patrick Dupuy, président de l’association qui gère l’établissement. Ce nouvel accord est le fruit du fructueux partenariat signé il y a exactement un an entre les deux entités et qui met en valeur le Musée de l’Aviation et le patrimoine aéronautique.Le fabuleux et unique X3, l’Alouette 2, les maquettes de Tigre, de Puma, les photos et les vidéos de qualité, la participation à des actions de communication du musée et l’organisation d’événements comme la cérémonie X3 ou encore le 50ème anniversaire du premier vol de la Gazelle. Au-delà du symbole, l’accord a été des plus constructifs. Les bénévoles de l’association vont encore avoir du pain sur la planche. Ils vont s’attacher à la restauration de l’appareil, un travail dans lequel ils ont déjà fait la preuve de leur excellence. En attendant, Yves Barillé a remis la maquette d’époque de l’engin de légende pour compléter l’impressionnante collection de miniatures du musée.

Au fait, pourquoi de légende ? Sa fiche technique l’explique à elle seule. Le SA.321 est le plus grand et le plus lourd des hélicoptères jamais construits par Sud-Aviation, l’ancêtre d’Airbus Helicopters. C’était au tout début des années 60 et dès 1963, le célèbre jean Boulet pulvérisait les records de vitesse. Ces performances inauguraient une longue carrière de 45 années avec 99 appareils construits, dont 72 pour l’exportation, consolidant ainsi la réputation mondiale du constructeur français. Le Super Frelon est donc un fleuron de l’aéronautique française et une place de choix lui sera prochainement réservée au musée de Saint-Victoret, qui va donc encore une fois pousser ses murs.

Citylia Saint-Victoret