Si l’assemblée annuelle de la Fnaca a débuté dans le silence, lors d’une minute hommage solennelle à ceux qui nous ont quitté, elle s’est continuée comme d’habitude dans une atmosphère bon enfant parfaitement contrôlée par le maitre de cérémonie François Rua.

20102017-_DSC9169Le président de l’association des anciens combattants et Alain Gérard ont rapidement clos les questions administratives et le bureau a été réélu à l’identique. La comptabilité à l’euro près de la trésorière Christiane Baud n’a soulevé qu’une question, que ferait-on sans elle ?

Elle a bien mérité le diplôme et la médaille qui lui ont été remises à la fin de la cérémonie par un bureau reconnaissant.

Le congrès national en ligne de mire

La petite subvention de la municipalité a été négociée en direct avec le maire, Claude Piccirillo, qui a confirmé son soutien aux associations de manière générale, malgré les budgets de fonctionnement limités. La cérémonie toute proche du 11 novembre a aussi été évoquée, notamment sous l’angle de la sécurité, et une communication officielle et détaillée sera faite avant l’événement.

« Vous êtes une association qui représente et garantit notre démocratie. Vous relayez et consolidez l’action de notre communauté et les Saint-Victoriens vous aiment » a rajouté le premier magistrat avant de laisser la parole aux invités de prestige.

20102017-P_20171020_190825_vHDR_AutoCar outre plusieurs sections locales, le secrétaire départemental Jean Thiec et le vice-président national de la Fnaca, Raoul Cappi, étaient à la table des orateurs avec une information majeure. Le prochain congrès national se tiendra en effet en 2018 à Marseille et l’événement est de taille. Entre les 630 chambres d’hôtels, les repas, les locations et les frais divers, la manifestation à laquelle seront conviés tous les adhérents représente plus de 1.5 M€ de retombées économiques pour la région.

 

La perche était tendue à Claude Piccirillo et il s’en est saisi.

« Cet événement-là est trop grand pour nous, mais si vous en avez un plus petit, je vous rappelle que la salle de l’Odéon pourra accueillir dès le printemps prochain jusqu’à 700 personnes. Les pompiers de Paris, que nous avons accueilli en 2013, ont déjà pris date pour 2019 ».

Une proposition que Raoul Cappi n’a pas manqué de noter dans son agenda avant que tout le monde soit invité à chanter la Marseillaise puis à un apéritif solide. La présence de M. Auguste Deyme, toujours aussi clair dans sa tête, a été remarquée, ainsi que celle de Lucien Del Aguila, l’auteur de l’autobiographie « Le mouton noir » qui fera l’objet d’une conférence en décembre.