« Et du monde ! » corrige Magalie, en charge du développement de la marque. « Nous avons installé notre solution anti-âge en Polynésie, et nous venons de faire nos premières démonstrations au Brésil ». Déjà, le concept du « Nouvel âge de l’anti-âge », validé au Centre de référence OXYWELL de Saint-Victoret a été implanté en Allemagne, au Luxembourg, en Belgique, en Angleterre, à Monaco et même en Serbie. La Russie s’y intéresse de près également et des projets d’implantations sont prévus en Espagne et en Italie.

OXYWELL BLUE AGE

Docteur Philippe Blanchemaison. L’action de la machine à pression d’oxygène constitue une aide précieuse à la pénétration des actifs.

« En France, nous débutons une action marketing d’envergure auprès des Instituts de beauté, des hôtels incluant une valeur ajoutée beauté et bien-être. Plusieurs médecins esthéticiens observent de près le phénomène, rassurés par son innocuité ». A Paris, le très réputé et médiatique Docteur Philippe Blanchemaison a déjà validé la technique. À la clé, des centaines d’installations d’ores et déjà planifiées, des formations et des emplois en quantité. Pourquoi un tel engouement pour ce principe de soins appelé à bouleverser les habitudes et à chambouler l’ordre de la concurrence établi par certaines grandes marques ?

« OXYWELL BLUE AGE est une technique naturelle, non intrusive, sans aiguille et sans bistouri. Les résultats sont confondants d’efficacité, visibles dès la première séance et encore mieux après une cure. C’est un principe double qui allie l’oxygène pur de qualité médicale sous pression hyperbare et un sérum exclusif, incorporant les meilleures et les plus naturelles substances actives dont l’acide hyaluronique vitaminé à faible poids moléculaire » explique Véronique, l’une des formatrices de la marque.

OXYWELL BLUE AGE

Le Centre de référence OXYWELL de Saint-Victoret

Sa collègue Françoise nous présente la preuve en photos avant et après le soin. « L’oxygène sous pression pénètre la barrière cutanée sans effort, purifie et régénère les cellules de l’épiderme. C’est le premier principe BLUE AGE. Avec la même technique, le sérum pénètre en profondeur pour une meilleure efficacité des substances ». Dans leur Centre de référence ouvert au public, les deux formatrices, esthéticiennes d’expérience,  ont testé la technique sur des centaines de sujets et sur tous types de peau.

Sujet féminin de 60 ans, avant une cure de 6 soins

Mais comment une entreprise de Saint-Victoret peut-elle se trouver à l’initiative d’un projet de développement aussi ambitieux ? Magalie, ancienne aide-soignante dévouée aux autres, a depuis longtemps remis la logique du naturel au centre de son mode de vie. C’est pour elle une question culturelle, humaine et éthique. Elle s’est passionnée pour le projet OXYWELL parce qu’il casse les habitudes de consommation imposées par le marketing des marques et par les techniques de cosmétiques utilisant pétrole et autres silicone. « La chimie des grandes marques est en cause et c’est une tendance de fond. Mais la science et la technologie ne sont pas à ignorer pour autant ».

OXYWELL BLUE AGE

D’où le choix d’utiliser des techniques et des substances médicalement et scientifiquement validées comme l’oxygène pur sous pression. « Notre matériel est certifié d’origine médical. Nous l’avons adapté aux problématiques de l’épiderme et en particulier du vieillissement cutané. Mais surtout, nous l’avons longuement et patiemment validé avec des protocoles précis ».

OXYWELL BLUE AGE

OXYWELL s’appuie sur un partenaire financier puissant et sur une légitimité technologique sans faille, et la conquête BLUE AGE peut donc s’étendre. « Les instituts et autres acteurs de la beauté qui nous rejoignent bénéficient d’un appui hors pair, avec des solutions de financement, un modèle économique, des formations, un suivi et une assistance. Et un plan de communication bien sûr, qui fera d’eux des références au même titre que notre institut ».

La démarche n’oblige pas à un contrat de franchise. « C’est moins contraignant ainsi, et le mot franchise, je préfère le réserver à notre relation de confiance avec nos clients ». Mais à terme, l’idée d’un réseau franchisé n’est toutefois pas exclue. Tout à la cohérence éthique de son projet, d’autres techniques ont été validées par le Centre de référence de Saint-Victoret. Comme la Luxothérapie pour traiter les désagréments de la ménopause ou du stress par exemple. Ou encore Rollshape, un auto-masseur, véritable tueur de cellulite, utilisé généralement après un bilan précis des composantes de la masse corporelle. L’investissement dans un laboratoire labellisé Bio est aussi au programme du développement de l’entreprise. Question de culture et de cohérence.