C’est le genre d’histoire que vous n’avez jamais lu.

Le paradis, les anges, les démons, ceux qui montent au ciel ou en redescendent, ces histoires-là on les connaît. Mais celle de ce quidam, dont l’âme a été éparpillée du fait des dons d’organes auxquels il avait consenti avant sa mort, vous ne la trouverez nulle part ailleurs. Tellement quidam, tellement quelconque, tellement anti-héros qu’il est affublé dans le livre de Murielle Mollo du nom de Zombie. Mort ici-bas, perdu entre Terre et Paradis, migrant errant dans cette zone de rétention que sont les limbes, il n’a plus de nom humain et n’a gardé qu’une mémoire à peine parcellaire. Mais son physique d’ectoplasme déliquescent, en période de dépression, s’approprie sans vergogne une forme humaine quand il entrevoit une possibilité folle de redescendre sur Terre et de remettre la main sur son intégrité physique. C’est son seul espoir d’accéder au Paradis qui lui est refusé malgré l’acte généreux de son don d’organes, et d’échapper ainsi au néant ou aux enfers tourmentés. S’ensuit alors une improbable course pour la mort éternelle et contre la vie, celle des usagers de ses organes.

L’histoire est truffée de trouvailles, d’astuces et de clins d’œil et les scènes se succèdent comme les vignettes d’une BD d’Hergé. Pour accélérer l’action et lui conférer son énergie vitale, ou morbide selon votre point de vue, l’histoire est écrite au présent, sans temps mort, ponctuée d’exclamations et seulement interrompue par des échanges entre narrateur et lecteur. Vous suivez les désopilantes aventures de Zombie et de Proprio, son corps d’emprunt, comme si vous étiez une caméra embarquée dans un reportage haletant, des limbes à Marseille, à Paris, aux Antilles, en passant par… Plan de Campagne. Vous n’avez jamais été mort ? Mort au purgatoire, mort sur Terre, mort employé d’une grande surface d’ameublement, mort amoureux, mort en prison, mort en attente d’un jugement divin ? En vivant la mort de Zombie, vous découvrirez comment cette mort est trépidante, comment l’éternité est difficile d’accès et que celle-ci n’a rien d’automatique. Vous vous questionnerez au passage sur le principe d’équivalence entre repos éternel et ennui éternel et sur d’autres choses aussi. Car ce n’est pas parce que l’histoire est désopilante qu’elle ne vous fera pas réfléchir.

L’écriture de Murielle Mollo est fraîche et inventive, un brin naïve comme le héros, très dialoguée, avec des pauses descriptives courtes mais précieuses. Vous vous y habituerez très  vite et vous ne lâcherez plus Les cellules du Paradis jusqu’à en connaitre la fin.

Murielle Mollo a été révélée notamment au Salon du Livre de Saint-Victoret. Elle a depuis été reçue sur le plateau de IDF1 à Paris, dans l’émission de animée par Jacky, le JJDA. Dotée d’humour et de bonne humeur, Murielle est médecin vasculaire dans sa vie courante et écrivain dans sa vie extraordinaire.

Murielle Mollo : Les cellules du Paradis.

Editions Anfortas, 244 pages.

Pour le commander en ligne : http://www.amazon.fr/Les-cellules-paradis-Murielle-Mollo/dp/B00XVE1AII

 

Murielle Mollo